Psychodrame : sujet, groupe et collectif

Journée d’étude du 18 octobre 2014.

Argument

Au début du 20ème Siècle, Moreno se démarque de la pratique analytique individuelle en privilégiant la dimension sociale.
En se rendant au-devant des personnes en souffrance, sur leurs lieux de vie ou de travail, Moreno inscrit sa pratique dans une dimension politique, la rébellion des groupes opprimés contre l’individu.
Il adapte son dispositif aux réalités cliniques particulières qu’il rencontre ( prostituées, réfugiés …) en proposant une activité en groupe, dans un collectif au départ improvisé puis qui s’organise, ceci autour de la représentation théâtrale,  « Au commencement était l’action » , avec, entre autre, le changement ou la prise d’un rôle jusqu’ici peu ou jamais investi, qui déploie une potentialité créatrice voire désaliénante ou encore thérapeutique.
Qu’en est-il aujourd’hui ?
Nous centrons la journée de cette année sur la place du sujet, du groupe et du collectif en psychodrame autour de différentes questions :  En quoi les dispositifs groupaux sont-ils essentiels en notre époque d’hyperindividualisme ? En quoi participent-ils encore à une dimension de lutte contre l’exclusion sociale ?
Les participants d’un groupe opèrent-ils comme cothérapeutes ? De quoi les animateurs sont-ils garants ? Qu’en est-il d’un collectif comme lieu de soin et de son articulation au travail psychodramatique en groupe ? En quoi le travail thérapeutique de groupe peut-il ouvrir les participants à des investissements singuliers et collectifs ?

Programme

Pour déployer ces questions, nous donnerons tout d’abord la parole à Emmanuel Nicolas qui posera un regard d’anthropologue sur le collectif et le soin. Nous entendrons également une expérience de psychodrame individuel en groupe avec des enfants et des adolescents en banlieue parisienne ; s’il s’agit de mettre l’accent sur un travail qui concerne la singularité de chacun, l’une des spécificités de l’approche en groupe est soulignée :
« Dans le psychodrame, chaque enfant bénéficie de la parole des autres, il est aussi un thérapeute pour eux. C’est assez étonnant comme la présence et la parole de chacun sont importantes pour l’autre. Ils se disent des choses que nous ne pourrions jamais dire nous, adultes [thérapeutes]. Ils les disent avec beaucoup de respect. Ce respect, il est vrai, nous en sommes garants. » Disciole Marci, Françoise Campion Nain, Elisabeth Mercier Baumaire, Cure d’adolescents par lepsychodrame, une expérience en banlieue, p.49)
Le Dr. Rita Sferrazza  entamera la discussion à partir d’une expérience d’un autre dispositif de psychodrame d’adolescents. Pascal Graulus questionnera ensuite les enjeux d’aliénation imaginaire du groupal et la désaliénation induite par l’institution du dispositif, du jeu et des interprétations à partir de vignettes cliniques d’une pratique de psychodrame avec des adultes.
Pour ceux qui le souhaitent, l’après-midi sera consacré aux ateliers de psychodrame qui  donneront l’occasion d’expérimenter ce dont il aura été question : groupe de sensibilisation au psychodrame par les intervenantes de la Sept et groupe d’analyse de pratiques cliniques par le psychodrame animé par Michel Jean.

Horaire

  • 8h30 Accueil et présentation de la  journée : Luc Godart
  • 9h15 Mise en train : Chantal Nève -Hanquet
  • 9h45-10h30  « Approche collective et transmissions de mémoires » Emmanuel Nicolas
  • 10h45-12h « Psychodrame pour adolescents à la SEPT » Disciole Marci, Françoise Campion Nain, Elisabeth Mercier Baumaire, discutante  Docteur Rita Sferrazza
  • 13h-13h30 “De l’imaginaire groupal à la symbolisation – instituante- du psychodrame”  Pascal Graulus
  • 13h30-14h45 Table ronde sur base des questions de la salle, modérateur Vincent Magos
  • 15h-16h30 ateliers :
    • Atelier 1 : « groupe de sensibilisation au psychodrame de la Sept »animé par  Disciole Marci, Françoise Campion Nain, Elisabeth Mercier Baumaire
    • Atelier 2 : “Analyse des pratiques cliniques par le psychodrame” animé par Michel Jean
  • 16h30-17h  retours ateliers et conclusions

Lieu:  Hôpital psychiatrique du Beau Vallon-Namur, Rue de Bricgniot, 205 5002 Saint-Servais
Prix (repas compris) avant le 10 octobre 2014 :  sur le compte ABP 0016 8026 4514:  30 euros membres ABP, 35 non-membres, 15 euros étudiants/chômeurs, 
Prix après le 10 octobre 2014  sur place : 40 euros
Accréditation demandée


 

Rappel : pratique du psychodrame psychanalytique individuel.

Comme vous le savez peut-être, le Service de Santé Mentale à l’ULB a développé depuis 1999 une pratique du psychodrame psychanalytique individuel.

Ce dispositif met à la disposition d’un patient un groupe d’acteurs thérapeutes afin de lui permettre de jouer des scènes sous la direction d’un meneur de jeu. Celles-ci vont l’aider à s’approprier ou se réapproprier des capacités de représentation, de liaison ou de transformation psychique défaillantes.

Nous souhaitons attirer votre attention sur la possibilité pour certains de vos patients (adulte, adolescent, enfant) de pouvoir profiter pour une période limitée de séances de psychodrame conjointement à la poursuite de leur psychothérapie ou de leur analyse.

Cette adaptation du dispositif classique de la cure psychodramatique nous apparaît à l’expérience comme une intéressante opportunité de remobiliser une dynamique thérapeutique enlisée. Différentes modalités de recours au PSDR individuel pour une durée déterminée sont reprises dans le document épinglé.

Nous nous rendons bien compte qu’il s’agit pour les cliniciens d’une modalité encore assez nouvelle de recours au psychodrame. Sachez qu’il vous est possible de me contacter par téléphone et que l’équipe des psychodramatistes est prête à vous rencontrer pour évaluer ensemble l’opportunité de nous adresser un de vos patients et le cas échéant réfléchir avec vous au type de psychodrame le plus approprié.

L’équipe des psychodramatistes est actuellement composée de : Dr Gérard Darge,  Christophe du Bled, Anouk Flausch et Régine Gossart du SSM/ULB. Caroline Hontoir y est stagiaire.

Le PSDRI se fait au siège PsyCampus du SSM ULB, 127 av Buyl, 1050 Bruxelles

Le créneau horaire pour les séances de PSDR à durée déterminée est le jeudi de 19H30 à 20H00.

Christophe du Bled, Coordinateur PSDRI SSM/ULB, 02/ 503 15 56, cdubled@ssmulb.be


 

Législation sur les psychothérapies

Suite à la demande de certains, voici le lien vers la page du Parlement relatif à la Législation sur les psychothérapies adoptée le 27/03/2014 . Notez qu’il n’y a encore aucun arrêté d’application.
http://www.lachambre.be/kvvcr/showpage.cfm?section=flwb&language=fr&cfm=/site/wwwcfm/flwb/flwbn.cfm?dossierID=3243&legislat=53&inst=K

 

 


Proposer une activité
Cliquez ici