Groupes de supervision clinique par le psychodrame

Groupes de supervision clinique par le psychodrame proposés par le Dr Jean-Paul Matot

Frank Girard, Au-delà du mur

Ces groupes sont destinés à des professionnels travaillant dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’aide aux personnes. Les supervisions, d’une durée d’1h30, se déroulent de la manière suivante : résumé d’une situation clinique par un(e) participant(e), associations des collègues, élaboration groupale d’un scénario de jeu décalé de la situation amenée, mis en jeu dans une ou plusieurs scènes, associations des participants à partir des ressentis et liens avec la situation présentée. Ce dispositif permet de faire émerger des dynamiques inconscientes en rapport avec la situation clinique. La participation à ces groupes ne présuppose pas une formation psychanalytique ni une pratique du jeu psychodramatique et encore moins théâtral. L’élaboration des situations professionnelles repose cependant sur le partage de la pensée associative ainsi que des vécus émotionnels et affectifs.

Chaque groupe est limité à 6 participants qui s’engagent pour une durée de six mois, de janvier à juin, à raison de 3 séances par mois, les mardis ou mercredis de 9h à 10h30. Ils se tiennent à Waterloo (Belgique) et sont animés par le Dr Jean-Paul Matot (https://jeanpaulmatotdotorg).

Le montant de l’inscription est de 900 euros par participant pour les six mois. Les inscriptions se font après un entretien préalable. Contact par mail : jeanpaulmatot@gmail.com

 

Psychanalyse et engagement social – Où en sommes-nous ?

L’École Belge de Psychanalyse & le Questionnement Psychanalytique  vous invitent à rencontrer  Florent Gabarron-Garcia

Florent Gabarron Garcia est l’auteur de l’ «Histoire populaire de la psychanalyse» (ed La Fabrique). Cet ouvrage met utilement en lumière des pans oubliés, voire censurés de l’histoire officielle de la psychanalyse. Nous y découvrons l’engagement social de Freud dans les années 20 et l’expérience de la policlinique de Vienne, la créativité de Vera Schmidt ou de Marie Langer, les prises de position de Reich par rapport aux effets de la violence sociale dans la clinique, le parcours de Tosquelles qui aboutira au mouvement de la psychothérapie institutionnelle et son lieu phare qu’est La Borde.

Ce livre bouleverse la représentation trop souvent partagée d’une psychanalyse a-politique, il donne des repères à celles et ceux qui se réclament, de près ou de loin, de la psychanalyse pour penser les mutations du monde globalisé actuel. Le capitalisme dans sa version neo-libérale provoque une destruction inédite du vivant, creuse les inégalités sociales et malmène les subjectivités. Ces constats amènent la question de l’engagement social du psychanalyste ainsi que de sa pratique en groupe, en institution…

Contact: info@questionnement.be

Travailler l’informe et la symbolisation – Elaborations de l’inter-perception groupale – Séminaires été 2023

Argument

Les différents niveaux de perception du Réel, qui se traduisent par une pluralité d’enveloppes psychiques exprimant des différenciations dedans/dehors spécifiques, des plus informes aux plus déterminées par les structures langagières, sont intimement liés aux modalités d’intégration et de hiérarchisation des sensorialités. Il est donc intéressant de proposer des dispositifs formatifs visant à élargir nos perceptions de ce qui se passe dans les séances psychothérapeutiques, à travers la mise au travail de différents niveaux des enveloppes individuelles et groupales. A cet égard, l’apport d’artistes et d’artisans dans un dispositif groupal adéquat permet de partager une gradation d’expériences de symbolisation de nos rapports à nous-mêmes et à nos mondes. Cette imprégnation modifie significativement la tonalité et la gamme d’élaborations du matériel clinique déployé par ailleurs dans un dispositif de psychodrame en groupe.

Les séminaires d’inter-perception groupale réunissent six à huit professionnels du soin psychique et se déroulent sur une semaine, à Waterloo (Belgique). Le dispositif retenu pour cette année comprend six matinées (du lundi au samedi inclus, 9h30-12h30).

Inscriptions : deux séminaires sont proposés pour l’été 2023 : du 7 au 12 août et du 21 au 26 août. Les demandes sont à adresser à jeanpaulmatot@gmail.com. Les frais d’inscription s’élèvent à 300 €.

Programme

  • Lundi : contacts avec le groupe et l’espace du vivant, matinée animée par Nolwenn Lécuyer, ingénieur agronome, guide Shinrin Yoku (https://senzuforest.com)
  • Mardi : séance clinique de psychodrame en groupe animée par Jean-Paul Matot
  • Mercredi : (im)mobilités du corps dans l’espace en groupe, matinée animée par Taylor Lecocq, chorégraphe, danseur (Cie Mossoux-Bonté)
  • Jeudi : séance clinique de psychodrame en groupe animée par Jean-Paul Matot
  • Vendredi : aux sources corporelles de la voix, matinée animée par Fanny Bériaux, chanteuse de jazz et animatrice d’ateliers « voix » (fannyberiaux.com)
  • Samedi : séance clinique de psychodrame en groupe animée par Jean-Paul Matot

Les inscriptions se font pour la semaine entière. Un entretien préalable sera prévu avec chaque participant(e). Les groupes seront composés en tenant compte d’éventuelles incompatibilités.

Le rapport à la parole en psychodrame – L’inquiétante étrangeté d’une voix qui vient d’ailleurs.

Dans la vie tout le monde n’est pas dans le même rapport à la parole. En situation de souffrance, parler sur un divan, «sans voir la personne », n’est pas possible pour tous. Pour s’approcher (entendre ?) des voix qui viennent d’ailleurs et qui revivifient notre histoire en la remaniant, certains doivent parler à quelqu’un en face à face, d’autres ont besoin de se sentir soutenu par un groupe et représenter (revivre ?) des scènes de leur histoire, ici et maintenant. Il y en a qui doivent d’abord raconter avec force détails tous leurs malheurs, comme si cela ne les concernait pas, avant de se rendre compte qu’il y s’agit d’eux-mêmes ; pour d’autres enfin, c’est dans les interstices de l’institution de vie que quelque chose sera entendu. Ces voix venant d’ailleurs, d’on ne sait d’où, disent des choses étranges et familières à la fois, et il faut un certain temps pour les comprendre. Les dispositifs thérapeutiques varient en fonction du rapport à la parole. En psychodrame, les doubles, les antagonistes, le metteur en scène, les acteurs, le groupe, l’observateur, portent des bribes de ces voix lointaines, elles-mêmes porteuses de nouveaux arrangements ici et maintenant dans le jeu, et peut-être aussi demain.

 

Cette conférence s’inscrit dans le cadre des rencontres annuelles de la FEPTO qui se déroulent du 5 au 11 mai 2023.

FEPTO est l’organisation européenne qui rassemble les instituts de formation de psychodrame, établit les standards de formation, etc… Une réunion annuelle est organisée chaque année dans un des pays participants. En 2023, FEPTO fête ses 30 ans,  les rencontres annuelles se déroulent à Liège et sont organisées par le CFIP (organisme de formation reconnu pour la Belgique).

Les rencontres se déroulent en deux temps: les journées de conférence (accessibles à tous) et le meeting annuel réservé aux formateurs reconnus par la FEPTO, à l’exception de cette conférence accessible aux psychodramatistes et psychothérapeutes qui le souhaitent.