En Psychodrame: un temps pour jouer, des espaces pour penser

Animateur(s): Association belge de Psychodrame (ABP)

Lieu: Salle Baugniet, Campus du Solbosh, Institut de sociologie de l’ULB, 44 avenue Jeanne 1050 Bruxelles

Date ou périodicité: 7 décembre 2019 de 9h à 16h

Prix: Membre ABP : 30 euros / Non membre : 50 euros / Etudiant, chômeur, réfugié : 15 euros

Pour s'inscrire:

Le paiement fait office d’inscription. A verser au compte ABP 00168026 4514 avant le 30 novembre 2019.

Renseignement : martinestassin@yahoo.fr ou tél : 0032 474 966 173

Site Web:

Au psychodrame, selon les diverses théories et dispositifs pratiques de référence, selon les objectifs de la session de psychodrame (thérapie, supervision, formation), selon les patients auxquels le psychodrame s’adresse, selon le cadre institutionnel, selon les envoyeurs… Des questions s’invitent…

Comment définissons-nous ce qu’est jouer ?

Déjà, comment installer les conditions, l’espace, le temps, les règles pour jouer, pour (re)trouver la possibilité de jouer. Comment accueillir les événements, les embarras, les pertes, les impuissances, …

Et puis aussi…Jouer pour quoi faire ? Que cherche à produire le psychodramatiste ? Qu’est-ce qui est jouable et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Quels sont nos critères pour affirmer : « c’est du jeuil y a du jeuil y a eu/il n’y a pas eu du jeu » ? Quand disons-nous, avec la même clarté des enfants : « ça, ce n’est pas du jeu ! » ?

Comment accueillons-nous la pensée sauvage à l’entour de la séance ?

Il y a les espace-temps dans l’ombre des coulisses de la séance : Avant : paroles entre animateurs plus ou moins affectées, lestées de trac et après : les évaluations-minute : « c’était une bonne séance », « un bon jeu »
Advient la nécessité de « penser », de « re-penser » la séance qui vient de se dérouler, d’en articuler des éléments, d’en esquisser les insertions possibles, les « résonances » dans le trésor de la langue, de la culture : moment aérien, source d’ouverture ou de respiration bienvenues.

Comment articulons-nous notre pratique à la théorie ou dans la théorisation : quoi de neuf ?!

Le troisième espace-temps est celui de la théorisation, à partir des questions qui ont surgi tant celles des animateurs que celles des participants. Plusieurs cadres théoriques de référence peuvent constituer « l’entrée de jeu » : l’approche morénienne, l’approche lewinienne (la dynamique de groupe), l’approche analytique, systémique, gestaltiste… Qu’est-ce que cela change, une théorisation plutôt qu’une autre ?

Enfin, la clinique rencontrée en psychodrame fait-elle surgir des questions « nouvelles », inédites, et osons-nous en proposer une théorisation renouvelée « à nouveaux frais » ?

Chaque intervenant abordera ces questions à partir de sa pratique, de son cadre de travail et de sa réflexion.

L’objectif de la journée est de croiser les regards, les entendements, les pensées. De se laisser surprendre et de partir intrigué, nourri, curieux, pensant.

Avec les interventions de :

Rudolph Bernet : Professeur émérite de philosophie à l’Université de Louvain-Leuven et ancien président des Archives Husserl, psychanalyste, psychodramatiste La Sept.

Chantal Nève Hanquet : Psychologue, psychanalyste jungienne, psychodramatiste

Marie-Madeleine Nyssens : psychothérapeute, psychodramatiste, psychogénéalogie (ITTA).

Vincent Libon : thérapeute de couple, psychodramatiste, professeur des arts de la parole et de la scène.

Nicole Calevoi, Psychiatre, psychodramatiste SPASM, médecin directeur Imago (centre de jour pour jeunes adultes), Asbl l’Equipe

Luc Godart, infirmier psychiatrique, psychodramatiste.

Catherine Diricq, psychologue, criminologue, psychothérapeute, psychodramatiste.

Programme

8h30-9h  Accueil

9h Accueil insolite Chantal Nève

9h30  Introduction, Pascal Graulus, président de l’ABP.

9h45- 10h30 Le psychodrame, la tragédie grecque et le monde contemporain. Rudolf Bernet, professeur émérite de philosophie à l’université de Louvain (Leuven)

10h30-11h discussion Rita Szferazza

11h-11h20 pause

11h20-11h40 « Vous le pensez, vous ne le ressentez pas ! » A. A. Schützenberger, Le temps de la spontanéité créatrice. Marie-Madeleine Nyssens et Vincent Libon.

11h40-12h Les  spécificités du psychodrame en service de santé mentale situé dans un quartier populaire, Catherine Diricq

12h-12h30 discussion

12h30-13h45 Repas

14h14h20 Les coulisses de la scène psychodramatique, Luc Godart

14h20-14h40 Temporalité psychodrame et institution,  Nicole Calevoi

14h40-15h15 Discussion Vincent Magos

15h15- 15h30 Fil rouge Rudolph Bernet

15h30-16h Conclusions et perspectives Pascal Graulus, Président de l’ABP

 

Skills

Posted on

17 septembre 2019