Dernières informations

Bonjour,

Nous sommes heureux de vous annoncer:


La continuité d’un groupe de supervision avec l’outil psychodrame. Un nouveau groupe redémarre au mois d’octobre 2016:

Il s’agit de se questionnemer et d’élaborer en groupe autour des pratiques d’animation et de supervision de groupe, d’entretiens psychothérapeutiques individuels, de couple ou de famille. Ce groupe redémarre en janvier et il reste des places.
Lieu: CFIP, 153 Avenue Louis Gribaumont, 1200 Bruxelles.

psychodrame.be/category/type-dactivit%C3%A9/4b-supervision-par-le-psychodrame


 
Deux week end d’initiation au psychodrame en janvier 2017:

Les 27/28 janvier 2017 et les 17/18 février 2017. 

psychodrame.be/content/initiation-au-psychodrame-en-groupe-bruxelles-janvier-2016

Des formations:

Le groupe de psychodrame didactique aura lieu à Liège et démarre le we du 7/8 octobre 2016.

 

Les inscriptions sont ouvertes.

Enfin, vous trouverez la liste complète des groupes de psychodrame en Belgique ici:

 

Si vous souhaitez voir paraître sur le site ou dans la News Lettre des informations relatives au psychodrame, c’est très facile: tout vous est expliqué sur le site dans la rubrique: créer un contenu.

 

Psychodrame et institution – Journée d’étude

Journée d’étude
Le samedi 23 octobre 2009

S’engager dans un parcours psychodramatique n’est pas d’office le fait d’une demande d’un sujet qui se met au travail mais peut résulter d’une indication par un tiers ou encore de la rencontre avec un dispositif psychodramatique dans l’institution où elle est inscrite : en hôpital psychiatrique, en centre de jour, en milieu carcéral même, en institution pour adolescents, etc.
Comment le psychodrame s’institue-t-il ou est-il institué dans un établissement de soins, de formation, ou autre ? Quels écueils rencontre-t-il, avec quelles visées œuvre-t-il ?
Si le psychodrame vise justement, par la représentation, à « mettre du jeu »dans des certitudes (voire des institutions ?), comment peut-il prendre sa place dans un lieu prêt ou non à l’accueillir ? Et peut-on encore appeler « place » la démarche de mettre du jeu dans l’établissement, de préserver la dynamique de l’instituant plutôt que la statique de l’institué ?
Et le psychodrame en tant que tel ?
Si, dans nos contrées, il existe bien des écoles de formations au psychodrame, il semble que le psychodrame, en soi, ne « fasse pas institution », comme on pourrait peut être le dire de la psychanalyse, par exemple.
S’agit-il là d’un symptôme, d’une impasse ou, au contraire, d’une manière de sauvegarder une démarche active d’instituer ?
Dans d’autres pays ou continents, le psychodrame tient une place plus institutionnalisée, comment comprendre ces différences ?
Enfin, si s’associer, c’est pour « y » mettre du mouvement plutôt qu’instituer, gageons que la rencontre des multiplicités soit le filet de sécurité pour que l’association, voire le psychodrame, ne devienne pas institution instituée mais garde son mouvement instituant…
Elaborons ensemble ces réflexions lors de cette quatrième journée d’octobre.
Programme de la journée
8h30-9h Accueil
9h précises : Luc Godart : « Qu’est ce que l’institution ? »
9h15-9h45 : Chantal Nève : « Jeu psychodramatique : psychodrame et institutions »
10h-12h Matinée : animée par Nadine Vander Elst
Jean-Pierre Pinel : « En quoi la pratique du psychodrame de groupe permet-elle de ressaisir la dynamique des mouvements psychiques et des processus institutionnels surgissant dans les établissements ou services confrontés au pathologies graves de la subjectivation »
12h-13h : repas de midi
13h Après-midi : animée par Jean-Claude Quintart, discutant : Jean-Pierre Pinel
Bernard Deheneffe : « Une pratique de psychodrame en psychiatrie adulte à hôpital psychiatrique du Beau Vallon-Namur »
Michel Jean : « Psychodrame et groupe d’adolescents de 16 à 25 ans en institution »
Nicole Calevoi : « La pertinence du dispositif psychodrame en hôpital de jour»
 
16h45-17h conclusions et perspectives : Luc Godart
 
 
Informations pratiques

Institut Provincial de Formation Sociale, Namur
Campus provincial
Rue Henri Blès, 188-190,
5000 Namur

Inscription obligatoire avant le 1er octobre 2010
par mail au secrétariat de l’ABP :
dahinaf_AT_base.be ou au 0494/17 75 04

30 euros, 25 euros membres ABP,
15 euros étudiants/chômeurs. Repas complet compris.
(majoration de 5 euros après le 1er octobre)
Inscription effective après payement au N° compte ABP : 979-5961033-97

Accès
Situé à 15′ du centre de Namur, l’Institut provincial de formation sociale est aisément accessible par les transports en commun :
– en bus : au départ de la gare, prendre le bus n° 27 – arrêt « Val Saint Georges »

Itinéraire en voiture
A partir de la E411, prendre la sortie n° 13 – Champion
Suivre Namur – Gare
Passer devant la gare et suivre la direction de Charleroi puis Palais des Expositions
L’école est, sur la droite, à 800m après le Palais des Expositions (rue S. Vrithoff).

 

Agrandir le plan

Sujet moderne et lien social

Journée de travail de la Sept

JOURNÉE D’ÉTUDE DU 27 NOVEMBRE 2010

Hôtel BEDFORD et CONGRESS
135-137 Rue du Midi BRUXELLES

Responsables : Myriam Machurot, Alain Dekeuleneer

L’homme moderne refuse toute contrainte, il se veut libre, autonome. La rançon en est sa solitude. L’autre n’étant plus un tiers, il représente davantage un intrus. La consommation d’objets, l’addiction généralisée comme recouvrement de tout conflit possible et le lien communautaire s’offrent, dans le social,comme réponse à cette solitude. Face à ces constats, quel peut être l’apport du psychodrame ? La SEPT propose un travail en groupe offrant un espace d’identification à l’autre, propre à faire émerger le lien du sujet à la communauté humaine par son inscription dans le langage. Expérience du lien mais aussi de séparation d’avec l’autre et de division subjective. Mais comment entrer dans un groupe dès lors qu’autrui est vécu comme intrus? Et comment s’en séparer? Le groupe lui-même ne risque-t-il pas de devenir un objet-leurre qu’on ne peut plus quitter ? Notre dispositif permet-il de travailler avec des sujets liés socialement par un trait (toxicomanes, victimes d’agression, hyperactifs etc.) que nous rencontrons dans notre clinique ? Nous tenterons de préciser les ressources de ce travail en groupe pour notre sujet moderne.

MATIN

Modérateur : Alain Dekeuleneer

9 h 30 : Ouverture de la journée  par Alain Dekeuleneer

9 h 45 Patrick de Neuter : Symbolisations et autres processus de changement dans le groupe de psychodrame

Henri Fromm : Le psychodrame à la SEPT.

Marie-Noelle Gaudé : Un groupe de psychodrame avec des adolescents.

APRÈS-MIDI

Modérateurs : Myriam Machurot et Ludger Hebborn

14 heures : Jean-Pierre Lebrun : Incidences cliniques de la mutation du lien social sur le triangle Oedipien
Serge Lesourd : Intervention sous réserve.

Table ronde : clinique psychodramatique et modernité
Marie-Philippe Deloche – Françoise Campion-Nain, Disciole Marci, Elisabeth Mercier –
Anna Stecca

PARTICIPATION AUX FRAIS : 30 EUROS. ETUDIANTS 15 EUROS

 

(Contact : M. Machurot machurotmyriam_AT_hotmail.com ; Alain Dekeuleneer adeka_AT_chello.be)

 

Couple, désir et lien social

A tous les psychodramatistes du CERP, de la Verveine, du CFIP et de l’ABP,

 Colette Régibeau, qui a fait une formation en psychodrame didactique, professeur de français en rhéto à Stavelot, metteur en scène, présente le 03 octobre, au Théâtre Océan Nord à Bruxelles, la pièce Noises d’Enzo Cormann, qu’elle met en scène.  

A cette occasion, selon les projets d’Océan Nord, il est souhaité une activité autour du thème de la pièce : le couple, le désir, l’amour… Colette m’a proposé de faire un travail avec le public autour du psychodrame ou du jeu de rôles. J’ai relevé le défi et j’ai demandé à Chantal Nève d’animer avec moi ; elle a accepté.   Cela se passe donc le samedi 03 octobre après-midi, avant la pièce.

L’idée est de présenter une exploration du thème par le jeu de rôle, en y incluant les spectateurs qui veulent se lancer.   J’ai souhaité élargir le thème, après avoir lu la pièce : je trouve les personnages engoncés dans leurs forteresses narcissiques et suffisantes, bien que tous en souffrance justement ; comme la pièce se passe à l’occasion d’un buffet de mariage, je propose : couple, désir et lien social.

Bien que tentant d’y échapper, toujours, il n’y a pas d’amour en dehors d’un lien social, donc d’une histoire.   Parler de l’amour, du couple, du désir, du lien social, pour paraphraser le colloque de Liège de l’EBP sur l’amour : on ne fait que cela en psychodrame.  

Relevons le défi : explorons ces thèmes, ces impasses, ces souffrances, et tentons de voir de quel côté des lueurs d’espoirs peuvent poindre, au-delà des poncifs en la matière. Comment soutenir et élaborer le pulsionnel du désir de l’autre ?   L’idée est de faire comme lors des films sur le psychodrame que j’ai mis en scène avec Pierre Fontaine à la Verveine : nous demandons aux psychodramatistes qui ont au moins deux ans de didactique de nous accompagner pour cette exploration-démonstration (l’idéal serait d’en avoir au moins 8, quatre hommes et quatre femmes). Chacun préparerait un personnage fictif qui leur ressemble et quelques situations de couple, de désir, d’amour à explorer, comme si on était en formation. On ne partirait pas d’une situation individuelle, comme en psychodrame, mais d’une situation typée, que plusieurs connaissent : par exemple, que faire quand l’autre refuse de communiquer ?, ou que faire quand l’autre souffre trop ? etc….   Les séances seraient animées comme une séance de formation : on évoque des problèmes, on en choisi un et on l’explore, en changeant éventuellement les rôles des antagonistes pour que plusieurs facettes soient explorées. Puis on revient au groupe pour les échos, et on redémarre au besoin.  

Une première rencontre se fera avec Chantal Nève et Colette Régibeau au bureau du CERP, Boulevard de l’Est n°3, 4020, Liège (téléphone 0476/36.13.31) le lundi 20 juillet à 10h. Le boulevard de l’Est est un des trois côtés de la place de l’Yser, en Outremeuse, en face du théâtre de la place.   Faites nous savoir si cela vous intéresse de participer à cette expérience, il faut être libre la journée du 03 octobre, et si vous pouvez venir à cette première rencontre du 20 juillet.   Une deuxième rencontre de préparation aura lieu en septembre, date à convenir.  

De toutes façons, donnez-nous votre avis.

Chantal Nève et Bernard Robinson